Festival Pliant

01 mai 2013

 

 

80088306_p-1

 

 

FESTIVAL PLIANT

du 9 au 12 mai 2013

Poésie et chanson,

Guéret, Savennes, Le Moutier d’Ahun, Saint-Christophe, Sardent

La Creuse, espace de création, espace de découverte de l’œuvre poétique.

 

   

Dossier de presse

Festival pliant, une initiative du Champ secret…

 

 

 

 Attention, Festival Pliant, places souvent limitées…renseignements :

 

festival.pliant@laposte.net


 ***

 

Le festival est un lieu d’expression directe, débarrassé le plus possible des contingences techniques, des modes : le lieu du vers libre, pour de libres poètes et leurs libres lecteurs.

On y salue Orhan Velhi : « Pour vous hommes mes frères/ Toutes choses sont pour vous/La nuit est pour vous/et le jour est pour vous ».

 Il s’agit d’un temps de découverte où lire, dire, écrire, entendre une poésie contemporaine. Ce qui est en jeu n’est pas  neutre, et renvoie l’auteur comme le lecteur à la vigilance. On peut l’exprimer avec un peu d’emphase ; écrire au quotidien n’est pas anodin : « Ressuscités, les veilleurs guettent, l’œil dur, par dessus le parapet qui s’éboule ». (R.Dorgelès) Ni territoire à défendre, ni esprit guerrier cependant, mais exigence personnelle à l’égard de soi-même… Se croire poète/ c’est ne l’être pas//se savoir poète/c’est se tromper peut-être//se dire poète/c’est ne rien dire//poète ce n’est pas pape (A.Bathurst)

 Au cours des douze derniers mois, les poètes des Bordures ont publié des centaines de textes, selon leurs envies, leur originalité, leur(s) identité(s) respective(s). Cette création individuelle dans un espace collectif ne réduit pas les auteurs à la somme des auteurs, en témoigne leur cheminement personnel. Par des projets de publication, des blogs, des chansons, chacun va à sa guise: les dizaines de milliers de lectures montrent l’intérêt porté par des visiteurs fidèles aux pages des Bordures.

 Le choix de la Creuse pour implanter le Festival prend source dans la richesse d’inspiration du département, un esprit de liberté et de créativité, porté par le soutien de nombreux amis et des associations, des collectivités territoriales, des lieux de convivialité, d’art et de culture, remarquables. Qu’ils en soient remerciés.

 Le Festival permettra la rencontre : concerts et veillées attendent les festivaliers. Aux auteurs des Bordures se joindront d’autres sociétaires du Champ Secret, pour le conte, pour le jeu musical. A la BMI, à la prison de Guéret, entre l’université et la chanson, le poème, le plaisir d’écrire, le Festival veut initier un rendez-vous annuel, dédié au simple plaisir de savoir et de faire, librement acte de présence au monde, acte d’écriture.

 Au cœur du projet de Champ secret, il y a la liberté de dire et la volonté de faire entendre, exercice de démocratie directe rapporté à l’écriture et aux arts vivants.  Au temps des mondialisations (souhaitons celle de la fraternité), de la net-communication, des cyber-réseaux, le message que porte l’organisation du Festival pliant est clair : rien ne remplace le contact direct, l’humanité d’un moment de partage et de débat. Rien, et surtout pas les espaces virtuels. En ce sens, le choix d’un festival très ouvert sur les pratiques d’écriture au quotidien est bien un projet politique. S’il reconnaît – ô combien ! – l’homme et la femme de lettres, il se réjouit de voir chacun s’emparer du droit d’écrire.

 Le Festival est « de poche », donc composé de richesses souvent modestes et disparates, il pourrait être « tiré du sac », pour le sens du partage. Le Festival est pliant, comme ce siège qui s’installe partout, un moment, et permet avec assez de confort, des découvertes et la contemplation. Le lieu du spectacle est définitivement situé où s’ouvre l’instant du spectacle.

 

 

Durant le Festival, Radio Pays de Guéret accueille les auteurs et intervenants pour une émission quotidienne et des lectures de poèmes.

L’équipe de RPG tend le micro pour une antenne ouverte à la poésie et à la chanson.

Toute précision sur 96.5 FM…

 

 

Jeudi 9 mai

 

Le Festival chemine avec Bernard Blot, compagnon de rimes, de rêve, de culture dont la poésie trouve certaines de ses multiples sources cachées en Creuse.

Chaque événement du Festival est précédé, ou se termine par un de ses textes.

S’il prête volontiers ses poèmes, l’auteur donne également durant ces quatre jours : il nous fait découvrir ceux qui l’inspirent, les grands textes qui le portent, le fondent.

 

11 heures Page d’écriture au Café Peyrot

 

Le Bar en zinc, à Sardent, est un lieu hors du temps, dans la rencontre et un art certain de vivre au rythme des mots, autour du comptoir, de la table, de l’horloge.

Chabrol y tourne le Beau Serge, nombre de photographes, journalistes, artistes y prennent régulièrement leur inspiration.

Le Festival Pliant s’y inaugure. En octobre, pour la première édition l’accueil avait été chaleureux : on sait où sont les amis. Merci  au patron du Bar en zinc.

Page d’écriture…Les auteurs ouvrent l’enveloppe. Voici du poème en éclats, en images, en petites coupures. Ils devront retrouver le fil et vivre la plus courte résidence d’artiste du monde, entre onze heures, ouverture des enveloppes, et treize heures, l’apéritif d’inauguration du Festival.

  • Cette Page d’écriture est ouverte à toutes les plumes creusoises et de passage, à partir de dix-huit ans. Les textes écrits à Sardent seront lus durant le Festival et publiés sur les bordures du champ secret.

 

15 heures Exposition George L.Hendel

 

Le jour s’évade indifférent
Viens ô lumière en mes errances
La mer comptera les cadences
Du temps qui donne et qui reprend

 Jean et Michel Estaque invitent à rencontrer l’œuvre graphique et peinte de George L.Hendel, « indissociable de la beauté littéraire et poétique de ses textes ».

La maison du Tailleu, plus grand musée de Savennes, est aussi un lieu artistique et de foisonnement à visiter une première fois pour y revenir souvent. L’art de Jean Estaque s’y découvre dans la nuance, les accumulations, la couleur, l’impertinence, la soif de littérature. 

 Exposition à découvrir jusqu’au 09 juin, organisation Jean et Michèle Estaque, la Maison du Tailleu

 

 

18 heures 30  Contes du Champ secret

«Champs et Chants secrets»

Au cours de ce voyage de l’Afrique à la Sibérie en passant par l’Amérique, on découvrira que les Champs secrets ne sont pas la propriété des humains et que les Chants secrets sont ceux des chamans ; c’est dire que Champs secrets et Chants secrets s’inscrivent dans un même … champ !

Pour suivre ces contes, plutôt ces récits, il vous faudra abandonner nos repaires d’Européens de l’ouest. Heureusement, à notre retour, nous terminerons par un conte clin d’œil très différent des autres, disons en bordure du Champ secret.

 

Conteur d’exception, Maurice  Cayzac  dit  le  Quadriconteur  (voir le site www.quadriconteur.fr ), est  entré  en « conterie », il y a plus d’une quinzaine d’années, par le médiéval. C’est toujours l’une de ses spécialités, mais son répertoire varié s’est enrichi de diverses sources à travers le monde, des contes africains ou amérindiens au folklore des régions françaises. Il emprunte  à des auteurs tels Maupassant ou Bocacce . Et quelques fois…il invente !

 

  • Bien sûr j’aime les enfants, dit Maurice Cayzac, mais « s’il y a des contes pour tous les âges, tous les contes ne sont pas pour tous les âges »  (à partir de seize ans) 

 

19 heures 15, repas tiré du sac

Le Festival pliant est dédié aux pratiques d’écriture poétique. Il y a aussi le temps de vivre ensemble.

Avant le concert, ou après le conte, spectateurs, musiciens, poètes tirent du sac un moment convivial.

Prévoir d’apporter le sac et le contenu.

 

20 heures 45 Concert  Eric Ardouin et Jean Pauly

Il y a un son Ardouin-Pauly, une ambiance, un amour du verbe Ardouin-Pauly.

On s’est émus, on s’est aimés de vue, attendus, disparus, gare de Montmarault… : on connaissait Océanie ;

chacun a goûté « Les mots, les choses », au festival d’octobre, les mots qu’on pose à contretemps, comme les mouettes ont remonté le fleuve à contre vent. Jean Pauly et Eric Ardouin  enregistreront leur second album en juillet. L’auteur et le compositeur s’accordent sur scène  pour des titres inédits – La petite Tanne ; ils trouvent les nuances au chant d’amour – La Reverdie ; ils se font graves, ils restent profonds – Requiem, chanson des gares.

 

  • Pour les amis de la chanson française, un moment précieux. La première partie est signée Raffel et Roy.

 

 Vendredi 10 mai

 

16 heures 30, lectures à la maison Jouhandeau

 

Lectures au salon, lectures à la cuisine.  Maison Jouhandeau : Camille Pioz, Tsveta, Alice Calder, Alan Bathurst, Christiane Loubier, voici Gérard Taillebois, voici les poètes des Bordures  pour des dialogues poétiques.

Découverte de la maison Jouhandeau : une flânerie entraîne le visiteur dans la demeure et le jardin. Il se dit des poèmes, il se fait des rencontres. Amical salut au maître des lieux qui sait si simplement ouvrir sa porte à l’écriture.

 

  • Un événement ouvert à tous publics, pour curieux et goûteurs de mots.

 

 19 heures 45

Repas, bar restaurant « Le Marais », Moutier d’Ahun

 

21 heures, Concert, La Bergerie

Récital Jean Pauly et Eric Ardouin à la Bergerie au Moutier d’Ahun : « la Bergerie ose la différence ». Guitare, voix, poésie et la pierre du Moutier

 

En première partie, Raffel retrouve Roy. La chanson questionne son temps : Baba cool, tu devrais retourner tes sandales et filer vers Katmandou ici on roule pour Mittal…

Mais elle est aussi chanson de Creuse, ou pour la Creuse…Quel jour délie les jours emportés par le flot ?; sous l’œil du milan noir, près du pont à la Dauge. Poésie au plus large des espaces – J’attends qu’il neige sur les trottoirs, j’pousserai mon traîneau sur la glace, pour ma Douce, je ferai la trace…Roland Roy a composé la musique et donné le premier vers :  Ne dites pas à ma si Douce, que j’ai mal aux paupières, elle croit toujours que ma peau d’ours, me garde de l’hiver .

 

  • Chanson française par ses auteurs dans un lieu particulièrement accueillant, la Bergerie au Moutier d’Ahun.

 

Samedi 11 mai

 

10 heures,  Lectures chuchotées, lectures de femmes, Bibliothèque Multimedia Intercommunale, Guéret.

La BMI s’est mise en quatre coins pour accueillir les auteures et les lectrices. Ici l’on s’offre de bons moments poétiques. Un petit crochet par la bibliothèque pour une quinzaine de minutes. Il est aussi possible d’écouter toute la lecture et de prendre le temps, son temps, du bon temps : une heure de découverte au travers de l’oeuvre de poètes femmes.

 

  • Un détour pour se faire offrir un poème. Programme plutôt agréable pour une samedi matin. Il suffit de se présenter à la BMI, de prendre place, d’écouter.

 

16 heures 30, Conférence,   Salle de la mairie, Guéret.

 

Conférence de Patricia Godi-Tkatchouk

Maître de conférences à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand

« En quoi le fait d’être une femme peut-il affecter la création poétique ? »

 

Patricia Godi-Tkatchouk : “Ses recherches portent plus particulièrement sur les poètes femmes (Sylvia Plath, Adrienne Rich, Anne Sexton, Denise Levertov, Anne Bradstreet, Maxine Kumin) et s’appuient sur l’étude des différents courants de la critique féministe et/ou féminine, littéraire et psychanalytique, en France et aux États-Unis. Partant des textes fondateurs de Simone de Beauvoir, Luce Irigaray, Hélène Cixous…, Elaine Showalter, S. Gilbert et S. Gubar, Wendy Martin, Alicia Ostriker…, ses recherches abordent la question de la poésie au féminin (situation des poètes femmes, rapport à la tradition, irruption d’une subjectivité féminine en poésie, « écriture féminine », « différence sexuelle », poésie féministe et « nouvelle poésie »…). Elles portent également sur la poésie dite « confessionnelle » de l’après-Seconde Guerre mondiale (Sylvia Plath, Anne Sexton, Robert Lowell, W. D. Snodgrass, John Berrymam, Maxine Kumin…), sur la question du rapport entre poésie et autobiographie, histoire individuelle et Histoire collective, l’écriture et le politique” (Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique).

 

  • Le Festival veut savoir, alors voici la conférence, à propos de femmes et d’écriture. Bien sûr l’entrée est libre. C’est à la salle de la mairie, qui s’ouvre face à la poste, à Guéret

 

19 heures 30, repas tiré du sac, Saint-Christophe.

Pause conviviale sur sentier balisé, à Saint-Christophe

 

20 heures 30, randonnée poétique, Saint-Christophe, le Masforeau 

        Lectures sans terreurs nocturnes en forêt de Chabrières, pleine nature et poésie à surprises. Une promenade pensée par les habitants du village. Ils ouvrent la marche, ils guident les visiteurs : le sentier est tracé, la poésie, elle, est à découvrir. Poètes et lecteurs sont cachés dans le bois et accueillent les marcheurs.

 

  • 25 minutes de marche, mais nombre d’arrêts pour entendre la poésie. En cas d’intempéries, la veillée débutera à 20h30, à Saint-Christophe, la randonnée sera annulée. 

 

22 heures, veillée poétique

Veillée en chansons et poèmes, en présence des auteurs.

C’est Bernard Stimbre qui ouvre ce moment, textes et musiques inédits : chansons à découvrir.

        Bernard Stimbre traduit  sa vitalité par son énergie créatrice  et  artistique. Souvent primé pour ses écrits poétiques et humoristiques, il donnera certaines de ses dernières compositions avec

        La Vagabonde, le don du don, les genoux couronnés, les vieux gréements, la boutique d'Euthanasie... 

 

  • Des chanteurs, des musiciens, des poètes, pourquoi pas vous ? Talents inconnus bienvenue.

  

Dimanche 12 mai

9 heures 30, assemblée générale, Moutier d’Ahun

Assemblée Générale du Champ secret et débat dans les Bordures (Mairie du Moutier)

 

12 heures, Banquet déclamé

Le bar-restaurant le Marais  dresse la table pour un banquet en poésie. Echange de poèmes avant repas, dessert en vers libres.

Le repas est le prétexte, mais la raison, c’est la poésie.

 

15 heures lectures par les  poètes des Bordures, Gérard Taillebois  et  Bernard Blot,

rencontre avec Abdellatif Laâbi, la Métive.

Ce moment d’échanges clôt le Festival et s’achève par une séance de signatures

 

       Le poète marocain, a accepté de partager des fragments poétiques avec les amis et les auteurs du Champ secret, à la Métive. L’auteur propose une découverte de son œuvre. Un instant exceptionnel, la lecture par celui même qui écrivit « Tous les déchirements » (La Différence 2006)

Je n’attends rien de la vie
je vais
à sa rencontre

 « Abdellatif Laâbi est né en 1942, à Fès. Son opposition intellectuelle au régime lui vaut d’être emprisonné pendant huit ans. Libéré en 1980, il s’exile en France en 1985. Depuis, il vit (le Maroc au cœur) en banlieue parisienne. Son vécu est la source première d’une œuvre plurielle (poésie, roman, théâtre, essai) sise au confluent des cultures, ancrée dans un humanisme de combat, pétrie d’humour et de tendresse. Il a obtenu le prix Goncourt de poésie en 2009 et le Grand Prix de la francophonie de l’académie française en 2011 ». http://www.laabi.net/

 ***

Lundi 13 mai : Le Festival Pliant achevé, les rencontres se poursuivent.

Quatre collèges et un lycée creusois proposent une mise en espace des « Exercices de tolérance » en présence de l’auteur, Abdellatif Laâbi.(Saint-Vaury)

Le Festival inscrit ce principe dans sa reconduction annuelle : proposer aux établissements scolaires des moments d’une grande importance artistique littéraire et symbolique qu’ils puissent intégrer dans leur travail d’éducation.

 

 

Contact : jean-paul.raffel@laposte.net 

Un écho du festival en octobre :

http://www.lamontagne.fr/limousin/actualite/departement/creuse/2012/11/03/les-amoureux-des-mots-installent-leur-festival-de-poche-en-vers-et-sans-detour-en-creuse-1319658.html

et toujours, poésie et littérature au quotidien :

http://christianeloubier7.over-blog.net/   

http://jeanpaulraffel.canalblog.com/

http://www.lechampsecret.com/

http://flowhite.canalblog.com/

http://jpraffel.canalblog.com/

http://www.alanbathurst.com/

 

Le Festival Pliant, une initiative du Champ secret, est soutenu par 

 

Le Conseil Général de la Creuse, la Mairie de Guéret, la mairie du Moutier d’Ahun, La Communauté de communes Creuse Taurion Gartempe, La mairie et le comité des loisirs de Saint-Christophe, la DRAC, la BMI de Guéret, La Ligue de l’Enseignement, l’association la  Bergerie, l’association la Métive au Moutier d’Ahun, les Editions de la Différence, la librairie Belles Images à Guéret, Radio Pays de Guéret, l’association des Amis de Chaminadour, la Maison du Tailleu à Savennes, l’ADOSEN, le Bar en zinc à Sardent, le café-restaurant le Marais au Moutier d’Ahun.  

 

 

Posté par Jean-Paul Raffel à 15:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]